Revue de presse sur le quartier Croix-Rouge - articles - février 2020.



Quelques articles ne proviennent pas du journal « L’union » ; l’origine est alors indiquée par le lien en tête d’article.

Les notes de bas de page [ ] sont du rédacteur.

***********************************

l’union 200213a
Drame : Accusé d’avoir tué Valentin et pris la fuite, le conducteur présumé retrouvé en prison

Le drame s’était produit le soir du 10 octobre alors que le jeune Valentin, 12 ans, traversait le boulevard Barthou avec son père, sur un passage situé à hauteur de la place Paul-Claudel. Archives Fabrice Curlier
- Agrandir la photo

Âgé de 18 ans, le suspect était déjà incarcéré pour trafic de drogue. Trois passagers présumés sont également mis en examen. Le véhicule est un 4x4 qui tournait entre jeunes à Croix-Rouge.

Quatre mois après la mort de Valentin, ce collégien de 12 ans fauché boulevard Barthou par un 4x4 qui a pris la fuite, les policiers du commissariat de Reims ont présenté hier matin à la justice le conducteur présumé du véhicule. Interpellé lundi à la maison d’arrêt de Châlons-en-Champagne où il était détenu pour une affaire de drogue, Fatah Merdji, 18 ans, a été mis en examen pour « homicide involontaire aggravé par le délit de fuite, défaut de permis de conduire, conduite à vitesse excessive, non-assistance à personne en péril et entrave à la justice » , a confirmé en journée le procureur de la République Matthieu Bourrette. La peine encourue est de dix ans d’emprisonnement.

silence devant la police et les juges

Déjà condamné pour refus d’obtempérer et défaut de permis, le jeune homme originaire de Croix-Rouge a fait valoir son droit au silence. Il ne s’est donc pas encore expliqué sur les déclarations de trois camarades, mis en examen la veille, qui ont reconnu être les passagers du 4x4 et l’ont désigné comme étant le conducteur.

« Les trois passagers, deux majeurs et un mineur, qui ont reconnu leur présence dans le véhicule, ont été présentés au magistrat instructeur et mis en examen des chefs de non-assistance à personne en péril et entrave à la justice par soustraction d’objet susceptibles de servir de preuve » , précise le procureur par communiqué. « Les deux majeurs ont été placés sous contrôle judiciaire, dont l’un avec une mesure d’éloignement dans le sud de la France. Le mineur, qui ne pouvait légalement être placé sous contrôle judiciaire, a été placé sous mesure de liberté surveillée préjudicielle avec accompagnement éducatif. »

Investigations techniques

Élève de 5 e scolarisé au collège Paul-Fort, Valentin se promenait avec son père, ce soir du 10 octobre. À 22 h 50, alors qu’ils s’engageaient sur un passage boulevard Barthou, une Jeep 4x4 Renegade surgissait et fauchait l’adolescent. Projeté à 60 mètres, il décédait quatre jours plus tard.

« De très longues investigations étaient réalisées dans le temps de l’enquête de flagrance confiée à la direction départementale de la sécurité publique de la Marne, sans pouvoir identifier le conducteur et les passagers du véhicule incriminé qui n’était pas davantage retrouvé » , détaille le procureur. « Le parquet de Reims ouvrait alors une information judiciaire. Outre la rumeur publique, mais sans aucun témoignage direct et spontané sur les faits, ce sont les investigations techniques, extrêmement minutieuses, longues et complètes menées de manière très professionnelle par les services de la direction départementale de la sécurité publique qui ont permis de découvrir le véhicule incriminé, et d’identifier les trois passagers et le conducteur présumés du véhicule en question. »

Un véhicule « en libre-service »

Louée par une femme arrêtée au début des investigations, puis relâchée, la Jeep Renegade était l’un de ces « véhicules libre-service » qui tournent souvent dans les quartiers, mis à la disposition de tous et utilisé selon les besoins de chacun pour partir en virée ou simplement écouter de la musique. Juste après l’accident, la Jeep avait été cachée dans un premier parking, puis un second. Ses occupants n’avaient pas hésité à neutraliser des caméras pour éviter d’être filmés, mais des bandes furent quand même exploitées. Sur l’une d’elles, l’un des trois passagers quittait le 4x4 en se tenant la tête entre les mains, catastrophé, mais tous décidaient alors de se taire. Par peur des représailles, ont-ils expliqué.

Mathieu Livoreil (avec)Fabrice Curlier

Un suspect bien connu de la justice

Né en septembre 2001, Fatah Merdji est déjà bien connu des magistrats rémois. Cinq condamnations sont inscrites à son casier judiciaire – dont une pour refus d’obtempérer et défaut de permis – mais il manque la dernière. Le 7 janvier 2020, le tribunal correctionnel l’a condamné à un an de prison – dont huit mois ferme – pour « détention, offre et usage de stupéfiants » (peine non définitive car il a fait appel). Son arrestation datait du 26 novembre, lors d’un coup de filet visant un trafic de drogue établi place Georges-Braque à Croix-Rouge. Il avait alors bénéficié d’un contrôle judiciaire révoqué le 5 décembre pour ne pas avoir respecté ses obligations. Ce jour-là, sitôt la révocation prononcée, il s’était sauvé du palais et les policiers avaient dû courir jusqu’à la place d’Erlon pour le rattraper (une procédure pour évasion est en cours).

Depuis, Fatah Merdji était sous les verrous et c’est à la maison d’arrêt de Châlons que les enquêteurs sont allés le chercher lundi. Sans emploi avant son incarcération, il aurait également dû comparaître le 5 février pour le port prohibé d’une arme blanche, mais l’affaire a été renvoyée.

Hier, lors du débat devant le juge des libertés et de la détention, le parquet n’a pas été tendre envers lui. « Il a fait preuve d’un sang-froid incroyable. C’est lui qui a pris l’initiative de cacher le véhicule dans un parking, puis dans un second car le premier ne convenait pas. C’est lui qui a neutralisé des caméras pour ne pas être filmé. C’est lui qui était à la manœuvre et les trois autres ne l’ont pas dénoncé car ils en ont peur. C’était l’omertà dans le quartier. Une personne interrogée a dit ceci : Quelqu’un qui est boucave , c’est-à-dire une balance, ça ne se finit jamais bien pour lui . »

Les policiers ont fait du bon boulot

Contacté hier, le père de Valentin préfère rester discret. « Les policiers ont fait du bon boulot. Je leur tire mon chapeau » , a-t-il seulement déclaré. « De toute façon, je n’avais aucun doute. Je leur faisais confiance et je savais qu’ils allaient trouver. Je n’ai rien d’autre à dire. Comme je le répète depuis le début, laissons la justice et la police faire son travail. »

LES FAITS

Le 10 octobre 2019 à 22 h 50 , un père et son fils de 12 ans s’engagent sur un passage du boulevard Barthou à Wilson. Un 4x4 surgit, fauche l’adolescent et prend la fuite.

Projeté à une distance de 60 mètres, Valentin meurt de ses blessures quatre jours plus tard.

Conducteur présumé du 4x4, un Rémois de 18 ans a été mis en examen hier puis reconduit en prison où il se trouvait déjà. Trois passagers présumés sont également poursuivis. Le 4x4 était un véhicule de location.

***********************************

l’union 200212a
sécurité : Interpellé par le maire après les rixes, un bailleur social détaille ses actions

Le Foyer rémois assume son rôle de « maillon de la chaîne » de la sécurité, et appelle à une « collaboration encore plus fine » avec les autorités. Archives
- Agrandir la photo

Après les récentes bagarres entre jeunes de quartiers, Arnaud Robinet a demandé à l’État et aux bailleurs de prendre leurs responsabilités. Le Foyer rémois réagit.

Depuis quelques mois, les violences entre bandes se succèdent à un rythme inquiétant à Reims. Ayant essentiellement pour protagonistes des groupes de jeunes, parfois même très jeunes (13 ou 14 ans), ces rixes opposant plusieurs dizaines d’individus s’invitent désormais dans la campagne des municipales. Éric Quénard et Gérard Chemla ont dénoncé ainsi un « échec » du maire en matière de sécurité (lire notre édition d’hier).

Auparavant, Arnaud Robinet avait dénoncé un « degré de violence intolérable » , dans un contexte de « guerres territoriales » . Il avait souligné « la responsabilité des parents » , mais aussi celle de l’État et des bailleurs. « Je veux mettre aussi face à leurs responsabilités les bailleurs sociaux qui ont accueilli – je le dis clairement, et ça va choquer certains – des populations sur notre territoire, ajoutant ainsi de la misère sociale à de la misère sociale . Et c’est ce qui se passe aujourd’hui, avec ces confrontations entre communautés, entre quartiers. »

Contacté, le préfet de la Marne, Pierre N’Gahane, qui vient de prendre ses fonctions, va prochainement rencontrer le procureur pour évoquer, entre autres, ce sujet. « Je pense qu’un travail concerté est indispensable pour venir à bout de ces enjeux de délinquance de mineurs notamment » , indique-t-il à ce stade.

Du côté des bailleurs, Plurial Novilia et Reims Habitat ne veulent pas s’exprimer.

Le Foyer rémois en revanche, qui compte 18 000 logements et près de 36 000 locataires, dont 90 % à Reims, déplore, par la voix de Laure Didier, directrice de la clientèle, « des événements d’une violence inouïe, dont les premières victimes sont nos clients. Ce sont eux qui subissent ces violences, qui sont l’œuvre d’une minorité mais qui pourrissent le quotidien du plus grand nombre. »

Intervention de services de sécurité privée

Face à cette insécurité, que fait l’organisme logeur ? « Le Foyer rémois est concerné et impliqué sur ces questions. Nous sommes un maillon de la chaîne de la sécurité, avec la Ville et l’État. » Comment cela se traduit-il ? « Nous assurons d’abord le développement de la cohésion territoriale, avec plus de cent collaborateurs sur le terrain au quotidien, pour prévenir les risques. »

Quand ça ne suffit pas, place à l’action : « Le développement de la vidéosurveillance sur notre patrimoine nous permet de lutter contre les squats ou le vandalisme , explique Laure Didier. Et le GIE (Groupement d’intérêt économique) Tranquillité et sécurité nous permet de mutualiser des interventions, entre 18 heures et minuit, quand il y a des troubles de voisinage. En dernier recours, face à de la délinquance avérée, nous pouvons aussi faire intervenir des services de sécurité privée. »

Enfin, concernant de nouvelles « populations accueillies » , le Foyer rémois indique que « ce que soulève le maire de Reims appelle une nécessaire cohésion sociale : partout en France, les bailleurs sont sollicités par des demandeurs autres que les populations locales… » , rappelle Laure Didier. Elle pointe toutefois les limites des bailleurs : « Nos actions sont sûrement imparfaites, encore faut-il savoir de qui on parle, qui est concerné dans les derniers événements. » Et d’appeler à un travail plus étroit avec les autorités ou la Ville. « Sur ces questions de sécurité et de peuplement, nous sommes à la disposition des collectivités, pour construire une collaboration encore plus fine » , assure la responsable.

Guillaume Levy

Les faits

7 décembre à 20 heures : coups de feu à Croix-Rouge (quatre blessés), suivis d’une opération de représailles à Orgeval.

14 janvier à 18 h 30 : violences avec couteau et marteau devant la gare, puis dans une chocolaterie du cours Langlet. Deux blessés originaires de Croix-Rouge.

24 janvier à 18 heures : rixe à Orgeval entre deux bandes d’Orgeval et Croix-Rouge. Quatre blessés, dont un par arme à feu et deux au couteau.

6 février à 18 h 30 : nouvelle bagarre entre jeunes d’Orgeval et Croix-Rouge, place du Théâtre dans le centre. Deux blessés à coups de marteau.

***********************************

l’union 200210c
Urbanisme : Pas si facile de quitter Croix-Rouge…

Les immeubles situés aux numéros 39, 41, 43 et 45 rue Pierre-Taittinger vont être démolis. Christian Lantenois
- Agrandir la photo
Une seule et même personne va suivre chacune des familles. Les premiers rendez-vous ont été pris lors de la réunion de mercredi soir.
- Agrandir la photo

Reims Le Nouveau programme de renouvellement urbain passe par la destruction de 1 800 logements. À Croix-Rouge, les locataires concernés par un déménagement s’inquiètent de ce qui les attend.

Nous, on n’a pas demandé à déménager ! » Le reproche fuse, implacable. Pourtant, dans quelques mois, l’îlot Taittinger, à Croix-Rouge, aura bel et bien disparu. Et ses derniers locataires, 52 familles à ce jour, auront trouvé un autre toit. Le Nouveau programme de renouvellement urbain (NPRU), qui concerne au total 27 400 Rémois, va engendrer la démolition de 1 783 logements dans les quatre quartiers concernés : Châtillons, Orgeval, Europe et Croix-Rouge.

Mercredi soir s’est déroulée à la salle François-Mauriac une réunion d’information destinée aux habitants des immeubles situés aux numéros 39, 41, 43 et 45 de la rue Pierre-Taittinger, non loin de l’université. Reims Habitat, le bailleur en charge de cette « barre », a présenté à ses clients l’accompagnement personnalisé qui va leur être proposé pour parvenir à un déménagement réussi.

Est-ce que je vais payer plus cher ? Est-ce que j’aurai la même surface ? Est-ce que j’aurai le choix du quartier ? Est-ce que je pourrai rester à Croix-Rouge ? Est-ce que je vais devoir faire mes cartons tout seul alors que je m’essouffle dès que je suis debout dix minutes ? Aurai-je plusieurs propositions ? Les questions n’ont pas manqué, teintées d’inquiétude pour la plupart, d’agressivité pour quelques-unes.

Des réponses précises ont été apportées, qui se voulaient rassurantes mais se sont parfois heurtées à de la méfiance… ou d’ultimes résistances. Le bailleur, comme ses homologues à Reims, s’est engagé par écrit dans le « Dispositif partenarial d’accompagnement au relogement », qui détaille les obligations de chacun. Cette charte des bonnes pratiques, cosignée par l’État, le Grand Reims, la Ville, le Conseil départemental et Action logement, prévoit que chaque locataire se verra proposer au moins trois offres, tous parcs de logements confondus.

Deux entretiens pour construire un projet

Deux entretiens seront proposés aux familles, avec une seule et même personne, rompue à l’exercice dans le cadre de l’Anru ou dans d’autres quartiers touchés par le NPRU. « Le but de ces entretiens, détaille Marie-Christine Chatel, responsable du service développement social des territoires chez Reims Habitat, est de faire le point sur la situation familiale de chacun. Il peut y avoir du nouveau, avec des naissances, des départs, des séparations, des recompositions. Nous cherchons à vous proposer le logement le plus adapté à vos besoins, à vos envies. » « Euh, moi je suis très bien chez moi. J’ai pas d’autre envie que d’y rester… » , l’interrompt un retraité bougon. Même réaction assez vive quand Mme Chatel parle d’un déménagement qui est « la construction d’un projet » et qu’il doit évoluer au fil des rendez-vous et des visites que les locataires vont devoir faire pour trouver ce qui serait susceptible de leur plaire. « J’aimerais bien aller aux Châtillons, ça me rapprocherait de ma sœur », murmure cette sexagénaire, déjà en train de se projeter. « Moi, je ne veux pas aller à Bonaparte, dans des coins mal famés », prévient un père de famille. Une jeune retraitée regrette : « Nous avons fait des travaux chez nous et vous nous mettez dehors… Si je pouvais, moi j’y resterais, à Croix-Rouge ».

« On prendra le temps de trouver la meilleure solution pour chacun d’entre vous, a lui aussi tenu à rassurer Patrick Baudet, directeur général de Reims Habitat . Nos précédents relogements ont donné lieu à des taux de satisfaction très élevés. Nous nous engageons à ce que vous n’ayez pas davantage d’argent à dépenser que dans votre logement précédent. » À surface égale ? La proposition de nouvel appartement (ou de nouvelle maison) sera « adaptée » à la taille du foyer.

Anne Despagne

Déménagement serein, mode d’emploi

Une seule et même personne va suivre chacune des familles. Les premiers rendez-vous ont été pris lors de la réunion de mercredi soir.

Les frais de déménagement seront pris en charge par le bailleur. Si des personnes ne parviennent pas à faire leurs cartons, des solutions seront trouvées. Si des familles préfèrent le faire elles-mêmes, des devis peuvent être présentés pour la location d’un camion. Les frais liés à la réinstallation de la téléphonie ou des fluides (électricité, eau, gaz) seront assumés par le bailleur (pas les frais liés aux premières consommations). Un état des lieux simplifié sera effectué, qui suppose seulement de laisser l’appartement propre, sans déchets, car il faut éviter que des nuisibles n’apparaissent. De la même façon, au fur et à mesure que les voisins vont partir, il est demandé de signaler toute intrusion, tout squat. « Afin de préserver la sécurité de tous », dixit le bailleur, qui précise qu’à chaque départ, des portes de sécurité seront installées pour éviter toute incivilité à l’intérieur. Même voués à la démolition, ces espaces n’ont pas à être dégradés. De même, il est demandé de laisser tous les éléments présents dans l’appartement : emmener les baignoires ou les radiateurs n’est pas autorisé. Une précision qui a fait ricaner ou blêmir d’agacement certains auditeurs… mais qui est « utile » au vu des expériences précédentes.

L’insécurité au cœur des doléances

Au-delà des inquiétudes sur le relogement, de nombreuses remarques ont été formulées au sujet de l’insécurité. Deals en tous genres « au vu et au su de tout le monde », rez-de-chaussée et parkings condamnés aux usagers en raison de ces trafics, tapages intempestifs, menaces, caméras de sécurité dont les habitants interrogent l’utilité… Certains ironisent : « On ne sait pas si c’est lié aux élections mais en ce moment, on a des vigiles à l’entrée de certains immeubles le soir. Ce serait bien qu’ils soient là le jour aussi ! » Quant à la présence policière, des locataires la relativisent, faits à l’appui. Un habitant qui a fait circuler une pétition sur la délinquance raconte : « Pendant plus de trois mois, on a eu deux voitures désossées, sur le parking du 41 Taittinger. J’ai appelé à plusieurs reprises la police municipale, qui m’a promis que ça allait bouger. J’ai fini par m’inviter à la réunion en sous-préfecture pour le Livre blanc de la sécurité. Il y avait surtout des officiels… J’ai obtenu l’assurance que les voitures allaient être évacuées. Le lendemain, c’était fait. Vous croyez que, si c’était arrivé place du Forum, ça aurait attendu 3 mois ? »

***********************************

l’union 200210b
Retraité, pas handicapé

Pas trop aimable, ce retraité qui participait à la réunion sur les relogements à Croix-Rouge. Une responsable du service urbanisme l’invitait à se rapprocher de l’écran où étaient projetées des informations, au motif qu’il était un peu loin et de côté. « Je suis retraité, pas handicapé ! » La jeune femme, habituée aux grognons, lui a souri et s’est excusée : « C’était juste pour votre confort. Loin de moi l’idée de vous offenser. » Pas toujours facile de communiquer…

***********************************

l’union 200210a
Le lycée Arago a fêté la semaine olympique

Les lycéens, les adhérents à l’association sportive ainsi que les adultes de l’ESAT ont pu pratiquer du futsal et du basket ensemble dans une ambiance très « fair-play ».

Pour faire suite au partenariat existant depuis la troisième année entre le lycée François Arago (cours d’EPS de Mme Delphine Lebegue) et l’ESAT de Tinqueux, Association des Papillons Blancs en Champagne (Yannick Cadart, éducateur sportif), des rencontres sportives ont été organisées dans le cadre de la semaine olympique et paralympique qui s’est déroulée du 3 au 8 février au sein du lycée sous la direction du Proviseur, Monsieur Charlot.

Lors de matches de futsal puis de basket-ball, les lycéens de sections générales et professionnelles, les adhérents à l’association sportive ainsi que les adultes de l’ESAT ont pu pratiquer ensemble dans une ambiance très « fair-play ». Ce fut également l’occasion d’aborder les prochains JO à Paris en 2024, les valeurs de l’Olympisme et le handisport avec l’ensemble du public présent. Les rencontres se sont déroulées dans un bel esprit sportif de tolérance et de respect des différences où chacun a pu s’exprimer à son plus haut niveau de jeu.

***********************************

l’union 200208b
Délinquance : Ça courait partout, ça criait : on va les défoncer

Opposées pour un motif qui reste à déterminer, les deux bandes ont commencé à s’affronter place du Théâtre, avant que les uns ne poursuivent les autres, notamment rue de Vesle où les deux blessés ont été secourus. F.C.
- Agrandir la photo

Reims Le mineur de 16 ans grièvement blessé jeudi soir à coups de marteau lors d’affrontements entre bandes au centre-ville est hors de danger. Il est de Croix-Rouge. Aucune garde à vue n’est en cours.

Qui ? Pourquoi ? Au lendemain des affrontements qui ont éclaté en plein centre-ville, jeudi soir, l’enquête s’annonce longue et minutieuse pour faire la lumière sur ce déchaînement de violence. Les deux gardes à vue en cours hier ont été levées : un mineur libéré sans suite, l’autre convoqué devant le juge des enfants pour avoir outragé des policiers du cordon de sécurité.

La principale nouvelle concerne le mineur de 16 ans grièvement blessé à la tête à coups de marteau, avec « pronostic vital engagé » lors de son transport au service réanimation du CHU : il est hors de danger. C’est un jeune de Croix-Rouge que deux passants ont secouru en premier. L’un d’eux est un lycéen de 17 ans, jeune sapeur-pompier, dont le récit témoigne de la violence des faits.

Couteaux, marteaux, bâtons et béquilles

« J’étais rue de Vesle quand j’ai vu que ça s’agitait place du Théâtre. Des groupes se frappaient entre eux. Des jeunes se faisaient gazer. Ça s’est mis à courir partout, dans toutes les directions. Il y avait toutes sortes d’armes : des bâtons, des béquilles… Moi, je n’ai pas vu de marteau, par contre j’ai vu un jeune qui a sorti un gros couteau de derrière son pantalon en coursant les autres. Ça criait, ça s’insultait : On va les défoncer . »

La vague passée, le lycéen a « vu quelqu’un allongé devant le magasin Zara » . « Je suis jeune sapeur-pompier, donc j’y suis allé. J’ai constaté qu’il était inconscient, qu’il saignait de l’oreille. Une passante infirmière m’a rejoint. Avec elle, j’ai pratiqué les gestes de premiers secours que j’ai appris grâce à mes formateurs de la caserne Marchandeau. Nous l’avons mis en position de sécurité, avons pris ses constantes pendant que le vigile de Zara repoussait les gens autour de nous pour que nous soyons tranquilles. Je me suis occupé du maintien de tête. J’ai continué quand les pompiers sont arrivés, puis j’ai laissé le relais au médecin du Smur. Ensuite, je suis parti. »

Le vigile s’est occupé du deuxième blessé, 13 ans, frappé à la tête sans gravité. Avant d’être évacué, il a dénoncé les agresseurs comme étant d’Orgeval et s’est dit de Wilson, alors qu’en fait lui aussi est de Croix-Rouge. Quoi qu’il en soit, la rencontre entre les deux bandes n’était pas fortuite. Avant même le début des hostilités, plusieurs patrouilles se rapprochaient de la place du Théâtre, alertées via la vidéosurveillance urbaine qu’un attroupement belliqueux d’une vingtaine d’individus gantés et encapuchonnés se trouvait devant le McDo. Un groupe similaire était alors arrivé de la rue de Talleyrand pour fondre sur eux.

Y’a-t-il un lien avec les expéditions punitives des précédentes semaines ? Difficile de répondre d’autant que d’une affaire à l’autre, victimes ou mis en cause « ne sont guère causants » , dixit la police pour laquelle ces violences sont d’apparition récente à Reims. « Il y a toujours eu des bandes mais celles-là sont d’une culture différente. Le sentiment d’appartenance à un territoire, à un groupe est bien plus fort. Ce sont des bandes soudées, pas aléatoires. » Avec une autre inquiétude : des gamins de plus en plus jeunes.

Fabrice Curlier

***********************************

l’union 200208a
Faits divers : Quatre cousins en vadrouille

La virée familiale s’est terminée lors d’un flagrant délit de cambriolage dans un pavillon. Illustration
- Agrandir la photo

Ils sont quatre. Ce ne sont pas les Dalton mais quatre cousins du quartier Croix-Rouge capturés par la police après une virée en ville et à la campagne. D’après ce qu’en savent les enquêteurs, tout commence à Bezannes dans la nuit du 31 janvier au 1 er février, avec le vol d’une Peugeot 208 au domicile de ses propriétaires (« home-jacking »). L’après-midi du 1 er , la 208 réapparaît à Ville-Dommange. Elle stoppe à proximité d’un habitant qui attend sa femme, voiture moteur tournant.

La victime suit les voleurs en voiture

La dame tarde à sortir de la maison. Le monsieur descend pour aller aux nouvelles. De l’intérieur, il entend son moteur vrombir. Il regarde par la fenêtre et voit un individu qui tente de démarrer le véhicule, sans y parvenir : c’est une boîte automatique, il ne sait pas s’en servir. Il remonte à bord de la 208 qui file en direction de Croix-Rouge, suivie par la victime qui la perd.

La nuit tombe. À Murigny, une 208 stoppe rue Jean-de-la-Bruyère. Quelques instants plus tard, la vitre d’une véranda est brisée. Rien à voler à l’intérieur. Les visiteurs repartent, direction la rue Miguel-de-Cervantes où ils cassent à coups de pied la porte d’un pavillon éteint. Ils dérobent des bijoux et des appareils multimédias. À leur sortie, surprise ! La police est là. La Peugeot avait été repérée.

Le vol de la 208, c’est pas nous

Trois des cambrioleurs sont cueillis dehors, le dernier est retrouvé caché dans la maison. Fin de la virée et début de la garde à vue au cours de laquelle tous les faits sont reconnus, sauf le vol de la 208 : la bande l’aurait achetée le matin du 1 er février, à vil prix, auprès d’un inconnu.

Deux des cousins sont âgés de 19 et 21 ans. Ils ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire dans l’attente de leur passage en correctionnelle tandis que les deux autres âgés de 15 ans vont faire l’objet d’une mise en examen par le juge des enfants.

F.C.

***********************************

l’union 200207d
faits divers : Deux bandes s’affrontent au centre-ville

D’importantes forces de police ont bouclé hier soir le haut de la rue de Vesle, là où les deux blessés ont été retrouvés. Fabrice Curlier
- Agrandir la photo

Reims Hier soir, deux adolescents ont été blessés à coups de marteau – dont un grièvement – en plein centre-ville, où deux bandes s’étaient retrouvées.

Des dizaines d’individus gantés et encapuchonnés, armés de bâtons, de béquilles, de chaises et de marteaux qui se retrouvent pour en découdre… Cette scène surréaliste s’est déroulée hier soir à 18 h 30 en plein centre-ville de Reims, place du Théâtre et rue de Vesle, où des échauffourées aussi brèves que violentes ont fait deux blessés, dont un garçon de 16 ans grièvement touché à la tête.

Frappé à coups de marteau selon des témoins, notamment un vigile de magasin qui lui a porté les premiers secours, l’adolescent retrouvé inconscient avait un « pronostic vital engagé » lors de son évacuation vers le service réanimation du CHU. Cependant, les dernières nouvelles le concernant paraissaient un peu plus rassurantes.

Le deuxième blessé est âgé de 13 ans. Il aurait reçu un coup de marteau derrière le crâne, sans gravité. Une victime abondamment gazée au lacrymogène a également été secourue mais dans la confusion ambiante, nous ne savions pas encore s’il s’agissait d’une troisième personne ou l’un des deux jeunes.

Un lien avec de précédentes expéditions punitives ?

Hier soir, avant même que les hostilités n’éclatent, plusieurs patrouilles avaient commencé à se rapprocher de la place du Théâtre en raison d’une scène inquiétante filmée par la vidéosurveillance urbaine : la présence d’une vingtaine d’individus gantés, encapuchonnés et possiblement armés, réunis devant le fast-food avec des intentions manifestement belliqueuses. Un groupe d’une importance similaire, lui aussi outillé, est alors arrivé de la rue de Talleyrand pour fondre sur eux. Aussitôt les violences éclataient, rapidement interrompues par l’intervention des forces de police.

Les affrontements d’hier ont-ils un lien avec plusieurs expéditions punitives relatées dans nos colonnes ces dernières semaines ? Il y a d’abord eu ces coups de feu qui ont blessé quatre jeunes de Croix-Rouge le soir du 7 décembre, attaque suivie la nuit même d’une opération de représailles à Orgeval. Il y eut ensuite l’agression, le 14 janvier, de deux mineurs poursuivis depuis l’arrêt tram de la gare jusque dans la réserve d’une chocolaterie du cours Langlet où ils furent frappés à coups de marteau ? Les victimes seraient originaires de Croix-Rouge. Enfin, le 24 janvier, ce sont des jeunes de ce quartier qui partaient attaquer ceux d’Orgeval, à la suite d’un vol d’écouteurs devant le lycée Roosevelt, selon l’explication donnée. Bilan : quatre blessés par balle et à coups de couteau.

Une arrestation sous tension

Hier soir, avant d’être évacué par les secours, l’adolescent de 13 ans aurait déclaré être de Wilson, et avoir été agressé par des jeunes d’Orgeval. Réagissant à cet événement sur son compte Facebook (lire par ailleurs), le maire de Reims Arnaud Robinet a évoqué « une rixe entre jeunes d’Orgeval et de Croix-Rouge-Wilson » . Du côté du procureur, « aucun commentaire » à ce sujet. L’enquête devra déterminer l’origine territoriale des protagonistes, sachant que la présence simultanée de jeunes de Croix-Rouge et de Wilson reste une possibilité.

La tension a perduré un certain moment hier. Alors que d’importants effectifs de la police municipale et nationale bouclaient le haut de la rue de Vesle (provoquant l’arrêt du tram dans les deux sens), des attroupements de jeunes se sont formés place du Théâtre. Les esprits se sont échauffés lorsque l’un d’eux, semble-t-il venu au contact des forces de l’ordre, a été interpellé devant le palais de justice, sous les cris de protestation de ses camarades qui pour beaucoup avaient dégainé leurs portables. Un mouvement de foule a suivi lorsqu’ils ont été repoussés. Dernier accès de fièvre avant dispersion et retour au calme. À 19 h 30, les tramways reprenaient leur ronde normale sur une place du Théâtre devenue quasiment déserte.

Fabrice Curlier

Le parquet ouvre une « enquête criminelle »

Contacté par L’Union, le procureur de la République de Reims Matthieu Bourrette a annoncé hier soir l’ouverture d’une « enquête criminelle » pour « tentative de meurtre aggravé » et « violences volontaires aggravées par trois circonstances » , en l’occurrence « la réunion » , « la préméditation » et l’usage d’arme. Les investigations ont été confiées aux policiers de la sûreté départementale de Reims.

Le maire reçu ce matin en sous-préfecture

Maire de Reims (et candidat à sa réélection), Arnaud Robinet n’a pas tardé à réagir aux violences d’hier. « La rixe intervenue ce soir dans le Centre-ville entre jeunes d’Orgeval et de Croix-Rouge-Wilson a atteint un degré de violence intolérable qui appelle une réponse forte et immédiate de la part de l’État » , pouvait-on lire sur son compte Facebook. « Je ne peux accepter que les rues de Reims deviennent le théâtre de tels affrontements. J’ai demandé immédiatement au Préfet, au Directeur Départemental de la Sécurité Publique ainsi qu’au Procureur de la République, qu’une réunion d’urgence ait lieu dès demain [vendredi] en sous-préfecture de Reims pour mettre un terme à cette situation inacceptable. »

Le rendez-vous a été calé pour aujourd’hui 11 h 30, en sous-préfecture. Arnaud Robinet sera reçu par le sous-préfet Jacques Lucbéreilh, en présence du procureur de la République Matthieu Bourrette et du commissaire général Joseph Merrien. L’élu compte notamment demander, « au minimum » , un « renforcement des patrouilles » dans les quartiers Orgeval et Croix-Rouge-Wilson.

***********************************

l’union 200207c
Relogements à Croix-Rouge

La démolition de 1 800 logements est prévue dans quatre quartiers populaires de Reims à l’occasion du Nouveau programme de renouvellement urbain.

À Croix-Rouge, 52 familles doivent encore quitter les immeubles de l’îlot Taittinger. Leur futur déménagement fait l’objet d’un accompagnement personnalisé. Trois propositions leur seront faites, avec un reste à charge identique. Des craintes se font cependant entendre quant aux loyers, à la taille des nouveaux appartements et au nouveau quartier qui pourra être choisi par les locataires.

***********************************

l’union 200207b
Les voitures incendiées n’ont pu être identifiées

 

 

Mercredi vers 9 h 30, deux voitures ont brûlé dans un parking souterrain de l’allée des Bourguignons à Croix-Rouge (L’Union d’hier).

Elles n’ont pu être identifiées. La police en ignore même le modèle. Aucun propriétaire ne s’est manifesté, laissant à penser qu’il s’agit de voitures abandonnées. Elles étaient proches l’une de l’autre. L’incendie serait parti de la première pour se propager à la deuxième.

Difficile de soutenir l’hypothèse d’un court-circuit si le feu initial s’est déclaré sur un véhicule qui n’avait pas roulé depuis longtemps.

 

 

***********************************

l’union 200207a
Haltérophilie : Les Rémois 3 es du Top 9

En dominant la triangulaire de samedi dernier, dans son gymnase Legros, face à Saint-Maur-des-Fossés et Franconville, l’équipe masculine du Reims Haltérophilie Musculation est montée sur la troisième marche du podium final du Top 9, derrière Saint-Marcellin et Clermont-l’Hérault.

Une performance de premier ordre pour Kévin Bouly, Fabrice Chavinier, Ludwig Colombo, Alexandre Favette et le Géorgien Tornike Todadze pour leur première saison à ce niveau-là.

***********************************

l’union 200206d
Deux voitures prennent feu dans un parking

 

 

 

Hier à 9 h 30, une importante fumée s’est dégagée d’un parking souterrain de l’allée des Bourguignons à Croix-Rouge.

Les pompiers y ont découvert deux voitures en feu. L’incendie éteint, ils ont procédé à une longue opération de ventilation.

Aucune victime n’a été déplorée, aucune évacuation ordonnée.

L’origine du sinistre reste indéterminée. Les deux voitures étaient proches l’une de l’autre. L’incendie serait parti de la première pour se propager à la deuxième.

 

 

***********************************

l’union 200206c
Faits divers : À 15 et 17 ans, ils dealent dans un hall d’immeuble

À cause des patrouilles, les dealers ne peuvent pas toujours travailler tranquille. Illustration
- Agrandir la photo

 

À défaut de mettre la main sur les gros bonnets, la police multiplie ses surveillances pour perturber le deal de rue. Lors d’une ronde à Croix-Rouge, un équipage a repéré une transaction dans un hall de la place Georges-Braque. Cueilli à la sortie, le client avait acheté un gramme de résine auprès de deux mineurs de 15 et 17 ans qui avaient les poches bien remplies : 24 grammes de cannabis et 660 euros en liquide pour l’un, des sachets en plastique et 830 euros pour l’autre. La fouille des communs a permis de découvrir une balance et 25 grammes supplémentaires.

Un bel argent de poche

Les deux garçons ont été placés sous contrôle judiciaire après leur présentation au juge des enfants. L’argent provenait de leurs économies, ont-ils dit, et celui qui avait les 24 grammes a prétendu les avoir trouvés et ramassés sans trop savoir pourquoi.

La rue Olympe-de-Gouges, dans le même quartier, est également réputée pour son deal de rue. Lors du contrôle d’un mineur de 17 ans, les policiers n’ont pas découvert de drogue sur lui, mais un couteau Opinel à la lame longue de 12 centimètres. Lui aussi a été présenté au juge des enfants.

Lundi soir, sur le parking d’un fast-food de l’avenue Jean-Jaurès, route de Witry, une patrouille a remarqué trois occupants d’une Clio qui paraissaient suspects. L’un d’eux détenait un sachet d’herbe de cannabis qu’il a déclaré avoir acheté 180 euros l’après-midi à Croix-Rouge. Il fera l’objet d’un plaider-coupable.

 

***********************************

l’union 200206b
faits divers : Plusieurs voleurs de carburant arrêtés

Deux des voleurs avaient pris l’habitude de se servir dans la cour d’une société, les autres ont voulu faire le plein au bas d’un immeuble. Illustration
- Agrandir la photo

La police a mis la main sur deux équipes qui siphonnaient des réservoirs de camions.

Par leur caractère souvent répétitif qui exaspère les victimes, les vols de carburant peuvent tourner au drame. On l’a vu ce week-end à Ambrières, près de Vitry-le-François, avec cet agriculteur qui a grièvement blessé d’un coup de fusil un rôdeur venu siphonner du gasoil sur son exploitation (nos précédentes éditions).

Deux affaires du même genre viennent d’être résolues par la police rémoise. Le dimanche 12 janvier, des camions étaient siphonnés dans la cour de l’entreprise Pomona, route de Bétheny. Le week-end suivant, retour des voleurs !

Les policiers ont pu les interpeller : deux hommes de 18 et 23 ans, plus ou moins sédentarisés, qui ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire dans l’attente de leur procès le 5 mai. D’ici à cette date, ils ont l’interdiction de se contacter et doivent pointer une fois par semaine, pour l’un au commissariat de Reims, pour l’autre à la brigade de gendarmerie de Lassigny, près de Compiègne, dans l’Oise.

Une nuit de la semaine dernière, vers 2 h 30, tout le monde ne dormait pas dans cet immeuble de l’allée des Bourguignons, quartier Croix-Rouge. Depuis sa fenêtre, un témoin a repéré le curieux manège de trois individus qui allaient et venaient entre une Peugeot 307 et un camion. Y regardant de plus près, il a constaté que le trio siphonnait le réservoir du camion. Appel au 17.

Débandade à l’arrivée de la patrouille. Deux des voleurs sont repartis à bord de la Peugeot mais à rouler trop vite, ils ont percuté un trottoir. Le passager a pu s’échapper, pas le conducteur… qui a pris sa place pour tenter de faire croire qu’il dormait du sommeil du juste et qu’il n’était au courant de rien. Le troisième larron, lui, ne s’est même pas rendu compte qu’il y avait eu du grabuge : il s’affairait toujours sur le réservoir du camion lorsque la police lui a mis la main dessus.

De nationalité géorgienne (l’un demeure dans le quartier, l’autre est sans domicile fixe), les deux interpellés âgés de 21 et 26 ans ont été remis en liberté avec une convocation en justice le 29 juin. Leur complice en fuite n’a pu être identifié.

F.C.

***********************************

l’union 200206a
Sécurité : Ça verbalise devant la fac Croix-Rouge

51 véhicules ont été verbalisés.Stéphanie Jayet.
- Agrandir la photo

 

 

 

De nombreux automobilistes ont tendance à se garer hors des emplacements autorisés devant le campus Croix-Rouge, ce qui n’est pas sans induire des problèmes de circulation.

Informée, la police municipale a décidé de sévir. Selon le dernier bilan d’activité hebdomadaire communiqué par la Ville, 51 procès-verbaux électroniques ont été dressés du 27 janvier au 2 février pour des « infractions au stationnement » devant la fac (tarif de base : 35 euros).

Une précédente vague de verbalisations, moins conséquente, avait eu lieu la semaine précédente.

 

 

 

***********************************

l’union 200204a
tennis cormontreuil TC : Poduraeva a eu le dernier mot

L’Ukrainienne Mariya Poduraeva a remporté un match tendu. Christian Lantenois
- Agrandir la photo

Cormontreuil La finale dames a été accrochée. La jeune Ukrainienne de 18 ans a eu le dernier mot.

L’Open de Champagne du Cormontreuil TC a vécu une splendide 2 e édition. Chez les messieurs, la hiérarchie a été respectée puisque le favori et tête de série n°1 Alexandre Abernot (-4/6, Saint Germain-lès-Corbeil) a inscrit son nom au palmarès. Opposé au stade ultime au néo-Cormontreuillois Nicolas Jonasz (2/6) qui avait multiplié les « perfs » aux tours précédents, l’Essonnien a toutefois dû s’employer malgré un écart de classement qui plaidait nettement en sa faveur. En effet, Nicolas Jonasz réalisait une exceptionnelle entame de match en menant 5-3. Seulement, le Saint-Germinois s’appuyait ensuite sur sa puissance pour inverser la tendance et boucler à 7-5. Sur sa lancée, il dominait la deuxième manche en menant 4-1 et balle de 5-1. Mais, l’ancien Montmiraillais qui ne lâchait rien pour recoller à 4 partout ! Malheureusement, il passait au travers de son jeu de service et Alexandre Abernot ne se faisait pas prier pour conclure à 6-4.

Le tableau féminin a tenu toutes ses promesses. Certes, la tête de série n°1 Anna-Maria Jovanovic (-15, ASPTT Metz) a déclaré forfait sur blessure mais la finale entre les -4/6 Mariya Poduraeva (TC Riom) et la locale Claire Makhloufi (Cormontreuil) fut passionnante. Disputée avec beaucoup d’intensité et de tension en raison de nombreuses balles litigieuses « en faveur » de la jeune ukrainienne, cette rencontre a vu Claire Makhloufi défendre vaillamment ses chances mais s’incliner en trois sets (6-4, 3-6, 6-3).

Messieurs

Demi-finales : Jonasz (2/6, Cormontreuil) bat Godart (2/6, Reims Europe Club) 6-2, 7-5 ; Abernot (-4/6, Saint-Germain-les-Corbeil) bat Villenet (1/6, Taissy) 6-2, 6-3. Finale : Abernot bat Jonasz 7-5, 6-4. +35 ANS

Demi-finales : Cherikh (15/2, Cormontreuil) bat Eggermann (15/3, Cormontreuil) 6-1, 7-6 ; Daix (15/1, Géo-André) bat Lesage (15/2, Taissy) 6-2, 6-0. Finale : Daix bat Cherikh 6-0, 6-2.

DAMES

Demi-finales : Makhloufi (-4/6, Cormontreuil) bat Guerbert (-4/6, ASPTT Metz) 6-4, 7-5 ; Poduraeva (-4/6, Riom) bat Bellussi (-2/6, Villers-les-Nancy) 6-1, 6-2. Finale : Poduraeva bat Makhloufi 6-4, 3-6, 6-3.

***********************************

l’union 200203d
Réunion d’information sur le relogement

Réunion d’information sur le relogement, préalable à une démolition à venir rue Pierre-Taittinger à 18 h 30, salle municipale Croix-Rouge (4, avenue François-Mauriac)

***********************************

l’union 200203c
faits divers : Les mamans comptent sur la Ville

La police encadrait de près la marche de samedi. « Depuis les événements du 24 janvier, la police municipale est davantage présente », estime une mère.

Après leur marche contre la violence, les mamans espèrent une réponse de la mairie.

À la Ville à présent de mettre quelque chose en place. C’est ce qu’attend cette maman après la marche de protestation de samedi après-midi qui a permis à une cinquantaine de personnes - une grosse majorité de mères de famille du quartier Orgeval - d’exprimer leur ras-le-bol de la violence entre jeunes.

Tous concernés

Une petite délégation de ces mamans en colère avait rencontré le maire Arnaud Robinet le matin précédant la manifestation. Selon notre interlocutrice, l’élu n’a pas fait d’annonce particulière à cette occasion ; en revanche, cette maman a pu constater que « depuis les événements de vendredi (24 janvier, un affrontement entre un groupe d’Orgeval et un autre de Croix-Rouge, qui s’était terminé avec quatre blessés), la police municipale est davantage présente (à Orgeval). C’est bien, mais il faut que ça se prolonge, que ça ne soit pas seulement pour quelques jours. »

La même n’évoque pas la piste de création d’une association, mais suggère (à la Ville) d’impliquer différents acteurs, « écoles, collège, associations, maison de quartier, on est tous concernés, pas seulement le maire et les mamans ! »

Antoine Pardessus

***********************************

l’union 200203b
solidarité : Elles luttent contre l’exclusion numérique

Le conseil départemental finance le travail d’écrivains publics numériques, afin d’aider les habitants et recentrer les travailleurs sociaux sur leurs missions.

Une expérimentation menée sur 3 ans dans les maisons de quartier entend lutter contre l’e-exclusion.

Elles ne sont pas là pour se substituer aux travailleurs sociaux, encore moins pour faire « à la place » des Rémois… Depuis le 10 décembre, trois écrivains publics numériques (EPN) se relaient au quotidien dans les 14 maisons de quartier de Reims pour lutter contre l’e-exclusion. Une expérimentation lancée par le conseil départemental de la Marne (lire par ailleurs), en lien avec l’État dans le cadre du plan pauvreté, afin de renforcer l’accès aux droits pour tous et ne laisser personne sur le bord de la route, parce qu’en situation d’exclusion numérique.

Juliette François, 24 ans, est diplômée TISF (technicien d’intervention sociale et familiale). Elle est l’une des 5 écrivains publics numériques créés dans la Marne, dont 3 à Reims, et intervient pour sa part sur le secteur sud de Reims (Croix-Rouge, Murigny, Maison Blanche, Wilson).

La plupart des personnes qu’elle touche « ont des difficultés à parler le français, donc ça rend encore plus difficile leur accès aux démarches numériques, explique-t-elle. Au moment de la prise de contact, il faut établir un lien de confiance. C’est essentiel. Il faut donc être à l’aise avec les gens, avoir de l’empathie et surtout ne pas les juger. Les personnes se tournant vers ce dispositif se trouvent souvent dans des situations précaires qui nécessitent une écoute active… On retrouve parmi le profil de ces demandeurs, des personnes âgées, parfois illettrées ou encore des personnes qui ne disposent pas d’outil informatique. L’objectif de l’écrivain public numérique n’est pas seulement de les aider dans leurs démarches. Il doit également les pousser à acquérir une meilleure autonomie numérique. Il y a un accompagnement à faire sur plusieurs temps. »

constater les besoins, améliorer les services

Hadaya Lisa, 30 ans, diplômée d’un BTS assistant gestion, a toujours été une « bénévole active ». « Ce poste a été comme une évidence pour moi. C’est un nouveau métier qui vient de se construire. Pour le moment, on constate les besoins afin d’améliorer les services. » Elle a été affectée en tant qu’écrivain public numérique sur le secteur de Reims centre (Châtillons, Clairmarais, Cernay et Épinettes). Elle aussi le reconnaît, « pour mener à bien sa mission auprès des demandeurs, il est important d’être à l’écoute, rassurant et patient auprès notamment des personnes qui ont des problèmes linguistiques. Il faut tout simplement être un ou une bonne pédagogue ».

Après une première expérience à Pôle Emploi, c’est tout naturellement que Julie Robin, 30 ans, s’est retrouvée EPN sur le secteur nord (Les Sources, Trois Fontaines, La Neuvillette, Orgeval, Trois Piliers et Jean-Jaurès). « En étant à Pôle Emploi, je m’étais déjà rendu compte à quel point l’exclusion numérique pouvait être un frein. J’avais envie d’en faire plus, alors quand j’ai appris la création de ce poste, je n’ai pas hésité… Les gens ne nous connaissent pas encore, mais le besoin est là. Rien qu’à Orgeval, par exemple, nous avons déjà reçu 70 personnes depuis le 10 décembre. » Pour l’instant, les visites auprès des EPN se font sans rendez-vous, sur la base d’au moins deux demi-journées dans chaque maison de quartier. L’expérimentation, sur trois ans, sera, comme l’espère Mario Rossi, vice-président du conseil départemental, « probablement pérennisée ».

Caroline Garnier

***********************************

l’union 200203a
Conduite dangereuse et cannabis

La police pour sa part a aussi interpellé un conducteur vendredi 31 janvier, peu après 17 heures, allée des Provençaux (Croix-Rouge Pays-de-France), qui s’était fait remarquer pour avoir changé de direction sans mettre son clignotant. L’intéressé, âgé de 23 ans, a reconnu avoir fumé du cannabis la veille. Mais en avait-il aussi consommé depuis, ou bien était-ce encore l’effet de la dose de la veille, toujours est-il que le contrôle cannabique se révéla positif. Du coup le fautif a dû laisser son véhicule sur place et terminer à pied.

***********************************

l’union 200201a
Tennis Tournoi de Cormontreuil : Au bonheur des dames

Claire Makhloufi fait figure de trouble-fête parmi les cinq négatives du tableau. Remi Wafflart
- Agrandir la photo

 

 

Pour sa deuxième édition, l’Open de Champagne du Cormontreuil TC a connu un formidable succès avec 242 inscrits sur trois tableaux. De quoi proposer de superbes plateaux, à commencer par celui des messieurs où, en toute logique, le titre devrait se jouer entre Laurent Schroeder (0, TC Cattenom) et Théo Thelluez (0, Ris-Orangis).

Reste que la concurrence s’annonce sévère avec la présence de Bastien Villenet (1/6, Cormontreuil) et Solal Pont (1/6, Oaris Jean-Bouin), mais aussi du quintuor composé de Sébastien Jolly (2/6, Cormontreuil), Matis Amier (2/6, Cormontreuil), Nicolas Jonasz (2/6, Cormontreuil), Valentin Godart (2/6, Reims Europe Club) et Gabriel Andruejol (2/6, Reims Europe Club).

En +35 ans, unique engagé à 15/1, Jérôme Baix (Géo-André) bénéficiera de la faveur des pronostics devant Jérôme Chane Ting Sang (15/2, TC Reims), Jonathan Lesage (15/2, Taissy), Djamel Cherikh (15/2, Cormontreuil) et Jean-Édouard Frognet (15/2, Cormontreuil).

Enfin, les dirigeants cormontreuillois ont établi un superbe tableau féminin avec pas moins de cinq négatives. Forcément, Anna-Maria Jovanovic (–15, ASPTT Metz) fera figure de favorite mais la Française d’origine ukrainienne aura fort à faire avec sa camarade de club Lou-Anne Guerbert (–4/6, ASPTT Metz), l’Ukrainienne Mariya Poduraeva (–4/6, TC Riom) et surtout Claire Makhloufi (–4/6, Cormontreuil), bien décidée à dicter sa loi à domicile.

Par ailleurs, Clara Bellussi (–2/6, Villers-lès-Nancy) portera l’étiquette d’outsider. Au même titre qu’Élise Renard (1/6, Cormontreuil), Mathilde Sarcelet (1/6, Reims Europe Club) et la Troyenne Savine Erler (1/6, TC Lyon).

 

 

***********************************

l’union 200131b
Sécurité : À Orgeval, des mamans veulent que leurs enfants arrêtent de s’entre-tuer

Devant l’adjointe au maire Fatima El Haoussine et le militant En Marche Ahmed Brahim, les parents présents ont réclamé « plus de sécurité » dans le quartier. G.L.


- Agrandir la photo

Une cinquantaine d’habitants d’Orgeval, dont beaucoup de mères de famille, se sont rassemblés ce jeudi. Tous veulent « plus de sécurité ». Ils envisagent une marche, samedi.

Ils ne lâchent rien. Réunis place de Fermat, ce jeudi à 14 heures, quelques dizaines de parents, essentiellement des mamans, se sont réunis pour réclamer, comme lundi, « plus de sécurité » et anoncer une marche samedi (lire par ailleurs). La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la rixe qui a opposé deux bandes de Croix-Rouge et d’Orgeval, tout près de là, vendredi vers 18 heures, qui a fait quatre blessés.

« On veut des médiateurs, des éducateurs et un poste de police » , exigent tour à tour les mères de famille. « On veut des réponses aussi. À quoi ça sert toutes les caméras ici, si nos enfants continuent de se faire massacrer ? Et pourquoi la police a mis 1 h 30 pour arriver vendredi ? » Cette question agite le quartier depuis une semaine. « Nous étions toutes témoins, et nous avons toutes vu que la police est arrivée très tard. » « Quand je suis partie, à 19 h 45, la police n’était toujours pas arrivée » , déclare une agent de la Maison de quartier. Pourtant, côté police, on dément formellement. Du côté de la Ville, l’adjoint Xavier Albertini s’était déjà inscrit en faux ce week-end ; depuis, la police nationale a aussi contesté avoir tardé à venir. Sans pour autant préciser en combien de temps elle s’était rendue sur place.

Tout ce qu’on demande, c’est la sérénité

Un papa met bout à bout la somme de ses colères. « On a les voitures qui crament, les parkings squattés, maintenant une rixe en pleine rue. Je n’en peux plus, ça me met hors de moi ! » À côté, une femme explique à l’adjointe au maire Fatima El Haoussine : « Tout ce qu’on demande, c’est la sérénité. Que nos enfants soient en sécurité, et qu’on puisse dormir sur nos deux oreilles. » D’autres mères sont plus vindicatives : « Nos gamins ne demandent rien à personne, mais ils se font sans cesse frapper par ceux de Croix-Rouge. Un jour il y aura un meurtre, ça peut arriver n’importe quand ! Tant qu’on n’aura pas de réponses, on va bloquer le tram et les travaux (place de Fermat, ndlr) ! » Plusieurs élus ou candidats étaient présents ce jeudi, et ont essuyé une pluie de reproches. Ahmed Brahim, candidat sur la liste de Gérard Chemla, a à peine eu le temps d’évoquer ses propositions ou les élections, qu’il s’est fait rembarrer. « Maintenant tu te tais toi ! On s’en fiche de ta politique, on n’a rien à voir avec ça. On est là pour nos enfants ! »

Fatima El Haoussine a été plus prudente, indiquant être là « comme maman » , mais ça n’a pas suffi. « Vous rénovez le quartier mais pourquoi ? Les jeux sont minuscules, les jardins sont remplis de rats et de cacas ! » L’élue a promis de « remonter toutes les informations au maire » . « Le maire aurait dû ouvrir les yeux il y a bien longtemps , ont répliqué les habitantes. Maintenant, il est en campagne et il fait des promesses pour demain, mais c’est aujourd’hui qui nous intéresse. C’est le maire qui devrait être là, ça ne devrait pas être à nous d’aller à la mairie, mais à lui de venir à Orgeval ! »

Seule Hadhoum Tunc-Belaredj, candidate pour le collectif « Nous citoyens rémois », semble avoir échangé plutôt paisiblement avec les manifestants. En parallèle, son mari, Alexandre Tunc, conseiller municipal de gauche à Reims, expliquait ainsi sa présence : « Je suis solidaire des habitants et très inquiet. En conseil municipal, j’ai récemment tiré la sonnette d’alarme sur l’insécurité, face à une multitude d’événements récents à Reims. Sur les postes de police de proximité, je pense qu’on a perdu six ans. »

Tandis qu’il s’exprime, quatre agents de la police nationale arrivent place de Fermat, vers 14 h 45. « On est là pour encadrer la marche » , annoncent-ils. « Cette fois vous êtes en avance , plaisante un habitant, car c’est dans deux jours ! »

Guillaume Lévy

Les faits

Vendredi 24 janvier à 16 heures Un jeune de Croix-Rouge se serait fait voler ses écouteurs, près du lycée Roosevelt, par un jeune d’Orgeval. Le premier organise des représailles.

Vendredi à 18 heures Une bande de Croix-Rouge arrive armée à Orgeval. Des jeunes d’Orgeval se regroupent à leur tour. Quatre jeunes sont blessés, dont un par arme à feu et deux au couteau. Deux mineurs, un de Croix-Rouge, un d’Orgeval, sont interpellés.

Dimanche Les deux mineurs arrêtés (16 et 17 ans) sont mis en examen pour « violences aggravées » et placés en détention provisoire.

Jeudi à 14 heures Des parents se rassemblent à Orgeval pour réclamer plus de sécurité et annoncer une marche : elle devrait partir samedi à 14 heures, direction la mairie.

Une grande marche ce samedi

Dans le tract remis hier, le « Collectif de mamans de Reims » annonce une « grande marche » le samedi 1 er février à 14 heures, depuis la place de Fermat. Parmi les objectifs : « Que nos enfants arrêtent de s’entre-tuer ».

***********************************

l’union 200131a
Urbanisme : Un nouveau bâtiment pour les étudiants

La pose de la première pierre a eu lieu mercredi sur le campus Croix-Rouge à Reims.V.C.
- Agrandir la photo

La première pierre a été posée mercredi sur le campus Croix-Rouge.

Sa construction vient tout juste de commencer et il ne sera pas utilisé avant la rentrée de septembre 2020 mais il a déjà son nom : Pyxis, le mot latin de la Boussole, la petite constellation du ciel austral. Sur le campus Croix-Rouge, à proximité de la bibliothèque Robert-de-Sorbon, le nouveau bâtiment de l’Université de Reims Champagne-Ardenne servira donc de « boussole » et de repaire aux étudiants.

Ouvrir davantage l’université sur la ville

Cet espace d’un peu plus de 900 m 2 abritera plusieurs services dédiés à l’accueil et à l’accompagnement aujourd’hui disséminés sur plusieurs sites dont la mission orientation, le Bureau de la vie étudiante, la Mission handicap et le Service des enquêtes et de l’insertion professionnelle. Parmi la quarantaine de salariés de l’Université qui renseigneront et orienteront les jeunes dans ce nouveau bâtiment se trouvera également l’équipe du Service universitaire d’action culturelle (Suac), jusque-là basée à la Villa Douce, boulevard de la Paix.

« Pyxis, qui s’inscrit dans une démarche de développement durable, accueillera les services dédiés aux étudiants en leur proposant notamment des espaces de coworking, un incubateur, de l’accompagnement dans leur cursus universitaire ou dans l’élaboration de leur parcours professionnel , explique Guillaume Gellé, le président de l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Il y a là un double enjeu : dynamiser ce campus en proposant des services de qualité au plus près des besoins de nos étudiants, et ouvrir davantage l’université sur la ville, notamment dans ce quartier en pleine transformation urbaine. Il est du rôle social des universités de s’investir et d’investir les quartiers. »

Pyxis, qui a été dessiné par le cabinet d’architecture rémois Thienot Ballan Zulaica, est le premier bâtiment de l’université construit sur fonds propres. En bois et métal, son coût s’élève à 2,5 millions d’euros.

Le volume forme un parallélépipède compact pour pouvoir atteindre un excellent niveau de performance énergétique. Ce volume est creusé ponctuellement pour marquer différentes entrées.

À noter que des panneaux solaires seront installés sur la toiture.

Valérie Coulet

***********************************

l’union 200130b
Un nouveau bâtiment pour les étudiants

Hier, la première pierre d’un nouveau bâtiment a été posée sur le campus Croix-Rouge de l’Université Reims Champagne-Ardenne. Situé en face de la bibliothèque Robert-de-Sorbon, ce bâtiment de 900 m 2 abritera plusieurs services dédiés à l’accueil des étudiants. Il s’agit du premier bâtiment de l’université construit sur fonds propres. Le coût s’élève à 2,5 millions d’euros.

***********************************

l’union 200130a
Haltérophilie : Grosse affiche à Reims

Le podium du Top 9 : c’est ni plus, ni moins ce que jouera le Reims Haltérophilie Musculation, ce samedi 1 er février (à partir de 17 heures), dans son gymnase François-Legros. En effet, les Marnais, actuellement 3 e , reçoivent, pour le compte de la 4 e et dernière journée du championnat de France élite par équipe, les Val-de-Marnais de Saint-Maur-des-Fossés (4 es ) et les Val-d’Oisiens de Franconville (5 es ) dans une triangulaire qui s’annonce serrée.

Tous les espoirs sont permis, côté rémois, après la performance réalisée lors de la précédente journée, mi-décembre. La troupe emmenée par Ludwig Colombo avait, en effet, fini 2 e derrière Clermont-l’Hérault, le leader du classement général.

Le RHM, à cette occasion, avait battu son record de points de la saison, avec 1 646,08 unités au compteur.


Navigation

Articles de la rubrique